N'oubliez pas !

En vous abonnant, vous êtes informé.e de tous les nouveaux articles ET vous pouvez télécharger librement l'essai "Vers un Kamasutra de l'Énérgétique". Inscrivez-vous aujourd'hui et rejoignez notre communauté de plus de 5000 personnes !

Une brève histoire d’Incub’

En ce début d’année où fleurissent les vœux que l’on reçoit et les résolutions que l’on prend, j’ai voulu combiner deux envies. La première, c’est d’avoir comme chaque année un regard vers le passé. Cela me permet de mesurer le chemin parcouru et de mieux me projeter vers l’avenir. La deuxième, c’est de vous présenter Incub’ avec un peu plus de détails que dans notre page « À propos ».
Voici donc quelques étapes clés qui ont permis a Incub’ d’être ce qu’elle (il ?) est devenu aujourd’hui. Peut-être trouverez-vous que cette brève histoire mélange sans scrupule les aspects professionnels et les aspects plus personnels. Vous aurez raison : c’est probablement un des traits caractéristiques de cette histoire. Autant l’assumer pleinement !
J’en profite pour saluer et remercier chaleureusement toutes les personnes apparaissant explicitement ou implicitement dans cette histoire. Albert Jacquard disait « nous sommes principalement constitués de nos rencontres ». Je crois fermement que c’est aussi valable pour les entreprises.

D’où vient d’Incub’ ?

1992 :

Un peu à la peine sur les bancs de Math’Sup, j’entends pour la première fois mon professeur de physique présenter le premier et le second principe de la thermodynamique. Je n’y comprends strictement rien. Je rêve d’être pilote de ligne.

1995 :

Je suis élève ingénieur à Toulouse, à Supaéro. Mes préoccupations principales sont l’escalade et l’alpinisme. Après trois ans d’études et un an de stage dans l’industrie spatiale, je reçois mon diplôme et prends deux résolutions : ne jamais travailler dans l’aéronautique et fuir autant que possible les grandes entreprises.

2000 :

Je suis embauché chez Salomon pour travailler sur leur nouvelle gamme de vêtements. Seul ingénieur entouré de designers, de couturiers et de marketeurs, je découvre et apprends seul, par la lecture et l’expérimentation, les principes de la thermique humaine. P.O. Fanger est mon meilleur ami, je fréquente les chercheurs du Natick. Ce n’est pas encore du Design Énergétique, mais le bébé est conçu.

2004 :

Je suis recruté par Mammut comme chef de produit pour une bonne partie de leur matériel d’escalade. Je découvre l’ensemble du processus mondialisé de conception, fabrication et distribution de ces objets qui m’ont tant fait rêver. Le passage de l’autre côté du miroir est difficile. Je démissionne un an plus tard et écris dans un cahier : « je ne veux plus travailler à ce qui dévore le monde, je veux consacrer mon énergie à le rendre meilleur et plus beau ».

2006 :

Escalade et 4×4 : le genre de sujet qui m’intéresse en  2006

Je retourne à l’école, à l’ASDER , plus précisément. J’y découvre le monde du bâtiment et l’association négaWatt. Stéphane Chatelin est mon voisin de table, Olivier Sidler mon professeur. Le monde de l’énergie prend forme dans ma tête. Un bref passage en bureau d’études finit de me convaincre que je ne veux plus être salarié. Premières chroniques « environnementales » sur un site consacré à l’escalade.

2007 :

Je démarre une activité de consultant en performance énergétique des bâtiments au sein de la coopérative d’entrepreneur.e.s Oxalis. Mon ami et bientôt collègue Mathieu Peyrega développe le logiciel carnaval. Cet outil libre et gratuit fera rapidement connaître la toute jeune marque Incub’. Nous écrivons sur le premier site internet :

Incub’ existe pour faire vivre au quotidien un concept renouvelé d’activité économique. Portés par nos valeurs, nous souhaitons incarner ces vœux de Gandhi : 

« Qu’entre ce que je suis et ce qui sort de ma bouche, il n’y ait pas l’espace d’un cheveu.

Qu’entre ce que je vis et ce que j’enseigne, il n’y ait pas de décalage.

Qu’entre ce que je montre de ma vie et ce que je cultive loin des regards, il n’y ait pas de différence. »

2008 :

Nous sommes contactés par Atelier A4 pour travailler à Metz sur une première construction en paille. Je refuse (trop loin !). Raymond Poinsaint insiste. Je finis par accepter. De nombreux bâtiments suivront. C’est l’entrée dans le monde des projets publics et des agences d’architecture.

Le site Internet d’Incub’ est alors une joyeuse galerie de références, textes et photos décalées. On ne parle pas encore beaucoup de réseaux sociaux. Nous recevons une à deux demandes d’embauche par mois, souvent des jeunes qui s’interrogent sur le sens de la formation qu’ils ont reçue.

2010-2014

Plusieurs stagiaires et jeunes entrepreneurs passent par le « drapeau » Incub’. Fabien More rejoint le navire. Il est également développeur informatique et reprend le logiciel Carnaval. Le volet « formation » se développe, auprès d’architectes (un peu) et d’ingénieurs (beaucoup). La pétillante Marion Bourget nous rejoint quelques années plus tard.
Hormis les dizaines (plutôt centaines…) de bâtiments, quelques projets emblématiques esquissent notre périmètre d’intervention.

  • Le logiciel OSCAR, imaginé et développé pour le Conseil National de l’Ordre des Architecte. Sur le fond, c’est une véritable « ré-invention » de l’énergétique dans une logique « architecte ».
  • Quelques missions de conseil pour des acteurs internationaux du sport, sur des tentes ou des chaussures maintiennent notre compétence sur le corps humain.
  • La réalisation de la première version du mode d’emploi en ligne de Pleiades+Comfie, de l’excellent éditeur de logiciel Izuba.
  • Le projet CABEE, s’intéressant aux dysfonctionnements de bâtiments récents, nous introduit largement dans les questions de relation bâtiments / usagers. C’est l’occasion de développer et théoriser avec le charmant Ludovic Gicquel de Vie-to-B la notion d’Assistance à Maîtrise d’Usage.

En façade, Incub’ se présente de plus en plus comme un « bureau d’études en énergétique du bâtiment », comme le montre le « nouveau » site internet à l’époque.

2012

Après avoir gagné un appel à projet, le logiciel Carnaval devient le prétexte à la création d’une SAS, Sober Software. Fondée par 4 amis associés, le projet relève plus de l’utopie que de la startup à 25% de croissance. La société sera dissoute en 2016, et le logiciel repris par Izuba pour l’intégrer à Pleiades+Comfie.

2015-2016

J’écris la première version du Kamasutra de l’Énergéticien, mais le manuscrit se heurte à de nombreuses difficultés, et n’est pas publié.
Un cumul d’évènements personnels et de mutations professionnelles signe la mise en pause des activités de ce qui est devenu « le bureau d’études Incub’ ». Pendant quelques mois, je cesse toute activité professionnelle, laissant murir le futur. Quand on n’a plus rien, n’est-ce pas, il est plus simple d’envisager la nouveauté…

2016

Incub' - Amélie et Pascal

Incub’ en 2017 – Pascal Lenormand et Amélie Maroiller

Je rencontre Amélie Maroiller, jeune pas-encore-mais-presque ingénieure. C’est un déclic : nos différences feront notre force. Nous commençons notre collaboration par un stage de six mois pour l’Association negaWatt, sur les notions de sobriété énergétique.

2017

Incub’ renait de ses cendres. Le site devient un blog, et un deuxième blog plus personnel l’accompagne. Un matin, le terme de « design énergétique » surgit, comme une solution (enfin !) pour décrire cette pratique de l’énergie transversale à de nombreux domaines. Le site www.incub.net devient « Le blog du Design Énergétique » tel que vous le connaissez aujourd’hui. À la fin de l’année, nous frisons les 3000 abonnés, et certains articles à succès reçoivent plus de 700 visites/jour.
En décembre, le statut de micro-entreprise que j’utilisais pour ré-amorcer le projet ne suffit plus. Nous créons avec Amélie la SARL Incub’ pour porter nos activités. Dix ans après son « invention », Incub’ est enfin une vraie personne morale, tournée vers l’avenir.

Et la suite ?

Quel chemin parcouru ! Revisiter ainsi le parcours, c’est pour moi une aide à me projeter de manière à la fois ambitieuse et réaliste.

Pour le réalisme, voici quelques aspects de la vie de Incub’ (et de son petit frère blog Comme une Aile de Papillon) dans les mois qui viennent.

  • écrire, publier, etc. : les articles de blogs trouvent une audience toujours plus grande, les retours nous font chaud au coeur. Vous avez aimé parler bières fraîches, bottes chaudes et bâtiment performant ? Nous parlerons cuisson des pâtes, caleçon long et usage cohérent…
  • un livre : le début d’année verra la publication de ce qui a été, dès 2015, le Kamasutra de l’Energéticien. Il est devenu un livre de 180 pages, joliment illustré, préfacé et postfacé par des gens que j’adore et publié par un grand et sérieux éditeur. J’ai hâte !
  • des formations : les premiers mois de 2018 verront une tournée de formations « en présentiel », ainsi que le lancement d’importantes formations en ligne, ouvertes à tous. Il y en aura pour les architectes, pour les ingénieurs, pour les designers, pour les cadres d’entreprise, peut-être même pour les enfants !
  • des collaborations : le design énergétique devrait apparaître au programme d’une université, au sommaire d’un magazine de construction écologique, entre autres. Ce sera toujours un plaisir et un honneur !
  • un élargissement international : nous prévoyons dès que possible une version anglaise des publications. Vous avez des amis anglophones ? Vous pouvez déjà leur en parler !

Voici pour un futur proche et concret. Et les voeux ? Je classe dans cette catégorie les aspects que j’espère, mais sur lesquels je n’ai que peu de prise. Et bien pour cette nouvelle année, je souhaite à Incub’ et à tous ceux et toutes celles qui l’accompagnent (et en premier… vous !), dans le désordre :

  • que ces réflexions énergétiques intéressent, intriguent, amusent et inspirent un public de plus en plus large
  • que le modèle économique qui se trouve derrière Incub’ permette à deux jeunes entrepreneur.e.s de vivre honnêtement de leur travail
  • qu’Incub’ contribue, à sa mesure, à ce que l’énergie et la réflexion énergétique serve toujours plus à nous relier les uns aux autres.

Tous nos voeux pour cette nouvelle année, et à très bientôt.

pascal

Pascal est designer énergétique depuis plus de 15 ans, avec des expériences variées dans les domaines du bâtiment, des vêtements et équipements. Il est également musicien et écrivain, et habite en Savoie (France).

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: