Au début du mois d’octobre 2018, on a vu se multiplier les publications évoquant le rapprochement du prix du gasoil avec celui de l’essence. Comme souvent sur de tels sujets, les écrits sont de qualité variable. Il y a certes des papiers tapageurs, mais aussi certains de grande qualité, comme celui du très bon site des Décodeurs, restant valable même s’il date de 2015.

Pourtant, même dans ces articles plutôt fouillés, on n’évoque en général que ces quelques angles pour évaluer la question :

  • le prix d’un litre de gasoil comparé à un litre d’essence ;
  • le fait que les véhicules diesel consommeraient souvent moins qu’un véhicule à essence ;
  • la comparaison des prix d’achat entre un véhicule au diesel et un véhicule à essence.

Je le dis souvent dans les articles de ce blog, il y a un défaut courant dans les analyses énergétiques : celui de s’intéresser à l’énergie plutôt qu’au service qu’elle nous rend. Sur cette question de la comparaison entre gasoil et essence, cela n’a pas manqué, ce défaut dans l’analyse ré-apparait.

Plus grave, je ne trouve pas d’explicitation claire à cette annonce d’un « rapprochement entre le prix du gazole et celui de l’essence ». J’ai donc eu envie de m’y pencher un peu…

Le plein de kWh s’il vous plait…

Au risque de reprendre vraiment les choses à la base, faisons un petit rappel. Qu’est-ce qu’un moteur à explosion ? Vu de loin, c’est une machine à transformer une certaine quantité d’énergie finale (le carburant) en une certaine quantité d’énergie utile (du déplacement). Montons un tel objet sur un chassis, et nous obtenons la voiture, une machine à transformer une quantité de carburant en une quantité de déplacement de l’ensemble (voiture + passagers + bagages). On pourra alors mesurer la « performance » du véhicule grâce à cette formule que je vous ai déjà proposée :

Certes, nous achetons un certain volume de carburant à la pompe, parce que c’est facile à mesurer. De la même manière, nous achetons des « m3 de gaz » pour notre chaudière, ou des stères de bois. Mais en réalité, ce que nous achetons, c’est une certaine quantité d’énergie finale, dont nous pourrons faire usage à notre guise.

Si, donc, nous souhaitons savoir si le gasoil est au même prix que l’essence, nous ne pouvons pas raisonner en litre, car ces deux liquides ne contiennent pas la même quantité d’énergie. Nous devons alors nous intéresser au contenu énergétique de chacun des carburants.

Voici les valeurs que j’ai pu trouver sur Wikipedia :

  • Essence : 35 475 kJ/litre
  • Gasoil : 38 080 kJ/litre

Faisons une petite conversion : lorsque j’achète un litre d’essence, j’achète en réalité 9,85 kWh. Et lorsque j’achète un litre de gasoil, j’achète en réalité 10,58 kWh. Le gazole contient donc 7,3% d’énergie en plus par litre que l’essence.

Nous pouvons faire un premier point avec ces deux formulations équivalentes :

  • Si le litre de gasoil est au même prix que le litre d’essence, alors j’obtiens 7,4 % d’énergie « gratuite » en plus lorsque j’achète du gasoil
  • Si le litre de gasoil est vendu 7,4 % plus cher que le litre d’essence, alors l’énergie est au même prix sous forme gasoil et sous forme essence.

Concrètement, si on s’arrête là, on peut dire que « le gasoil est au prix de l’essence » si, par exemple, le litre d’essence vaut 1,50 € et le litre de gasoil 1,61 €.

Et elle consomme combien ?

Nous ne pouvons pourtant pas nous arrêter là, parce que la conversion en énergie utile ne se fait pas avec la même efficacité pour les deux carburants. Souvenons-nous : ce que nous voulons acheter, c’est du déplacement. Il y a bien entendu la consommation spécifique de chaque véhicule, toujours différente. Si nous étions calculateurs, nous choisirions toujours le véhicule le plus efficace.

Ce n’est bien sûr pas le cas, un véhicule rendant bien d’autres services que le simple transport (s’afficher socialement, se soigner l’égo, se donner des frissons, etc.).

Mais tout de même, en moyenne, les technologies diesel et essence n’ont pas la même efficacité. Tâchons de nous baser sur les sources simples immédiatement disponibles (je compte sur vous, ami lecteur spécialiste, pour compléter) : je trouve sur Wikipedia les valeurs suivantes :

  • rendement des meilleurs moteurs diesel : 42 %
  • rendement des meilleurs moteurs essence : 36 %

Ainsi, lorsque je fournis 1 litre d’essence au meilleur moteur disponible, j’obtiendrai 3,55 kWh d’énergie mécanique. Et lorsque je fournis 1 litre de gasoil au meilleur moteur diesel disponible, j’obtiendrais 4,44 kWh.

En comparant à la fois le contenu énergétique et le rendement de conversion pour les deux technologies, j’arrive donc à cette conclusion : 1 litre de gasoil me fournira 25 % d’énergie mécanique en plus.

Et je peux donc poser les deux formulations suivantes, équivalentes :

  • Si le litre de gasoil est au même prix que le litre d’essence, alors j’obtiens 25 % d’énergie mécanique « gratuite » en plus lorsque je brûlerai le gasoil
  • Si le litre de gasoil est vendu 25 % plus cher que le litre d’essence, alors l’énergie mécanique est au même prix sous forme gasoil et sous forme essence.

Conclusion

Nous pouvons tirer de ces petits calculs de coin de table deux conclusions au moins.

La première est immédiate.

Ce n’est certainement pas en comparant le prix au litre du gasoil et de l’essence que l’on peut tirer une conclusion du genre « le gasoil est au prix de l’essence ». En effet, même si l’image est frappante pour tous ceux qui faisaient des pleins nettement moins chers il y a encore 1 an, le gasoil ne sera vraiment au prix de l’essence que lorsqu’il sera 25% plus cher que cette dernière. Concrètement, si l’essence est 1,50€ le litre, alors le gasoil « au même prix » devrait être à… 1,87 €/litre. Cela nous met le plein de 60 litres de gasoil à 112 €. Evidemment, politiquement, ça n’est plus la même chose…

Et c’est la deuxième conclusion, plus grave à mon sens, qu’on peut en tirer. Si la volonté est effectivement de « sortir du diesel », on est à côté de l’objectif en alignant le prix du litre de gasoil sur le prix du litre d’essence.

Donc, de deux choses l’une :

  • Soit la phrase officielle « rapprocher le prix du gazole et le prix de l’essence » signifie vraiment « mettre le litre de gasoil au prix de l’essence ». Alors on a consciemment fixé un objectif consistant à maintenir, en réalité, l’énergie-gasoil à un prix inférieur de 25% à l’énergie-essence. Je ne vois pas bien comment cela va effectivement nous faire sortir du diesel…
  • Soit cette phrase signifie effectivement « mettre l’énergie-gasoil au prix de l’énergie-essence ». Alors on n’a pas fini de voir le prix du gasoil augmenter, jusqu’à ce qu’il atteigne un prix au litre supérieur de 25% à celui de l’essence. Je ne sais pas si c’est ce qu’imagine monsieur-tout-le-monde.

A votre avis, quelle est la bonne version ? Dans les deux cas, la principale question qui reste posée est celle de la juste communication autour de cet enjeu majeur. Le prix des carburants s’apparente aujourd’hui, pour le quidam moyen (dont je suis) à une sorte de poker permanent… ça monte, ça descend… S’il est un domaine où aucune planification ne semble visible sur le moyen/long terme, c’est bien celui-la, et cela frise la catastrophe, sur un service dont on sait que la demande est peu flexible. Et le fait d’avoir des annonces aussi floues que ce fameux « diesel au prix de l’essence » n’est pas là pour arranger la donne.

pascal

Pascal est designer énergétique depuis plus de 15 ans, avec des expériences variées dans les domaines du bâtiment, des vêtements et équipements. Il est également musicien et écrivain, et habite en Savoie (France).

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: