Category Archives for "Interviews"

L’histoire d’un ballon de confettis

Cet article est un “article invité”

Caroline Ruelle est une amie de longue date de “mon autre vie”. C’est une artiste merveilleuse, auteur, compositrice et interprète. Vous l’avez peut-être croisée sur les routes. Nous échangeons souvent à propos de nos cheminements dans les “alternatives”.

Et récemment, elle m’a envoyé ce texte, ses voeux pour 2019. J’en ai été tellement touché, je l’ai trouvé tellement en phase avec les questionnements de tant de personnes que je croise, que je lui ai proposé de le publier ici. Elle a accepté, je l’en remercie. Je vous laisse donc avec Caroline et son ballon de confettis.

Lire la suite…

Yves Marignac, expert nucléaire non-institutionnel (2)

Nous avions eu en fin d’année 2018 l’honneur d’accueillir Yves Marignac sur le blog. Dans la première partie de cette interview-fleuve, nous avions parlé de la posture très particulière de l’expert indépendant, de l’histoire de WISE-Paris. Et Yves nous avait déjà offert quelques histoires de “derrière le rideau”, de celles qui, toujours, me fascinent.

Et pour bien commencer cette nouvelle année 2019 (qui sera ce que nous déciderons tous d’en faire, à chaque instant) je vous propose de retrouver Yves Marignac, dans la seconde partie de l’interview. Nous sommes toujours dans les bureaux de WISE-Paris, entourés de murs entiers de documentation. Et Yves va nous parler de ses sujets d’inquiétude… Je vous l’avais dit en introduction de cette interview : quand Yves Marignac est inquiet, j’ai les mains moites. Je vous aurai prévenu.e.s.

Lire la suite…

Yves Marignac, expert nucléaire non-institutionnel (1)

Lorsque j’ai “plongé” dans les questions énergétiques, il y a maintenant quelques années, je pensais avoir les idées claires sur le sujet de l’énergie nucléaire. Et puis, j’ai rencontré Yves Marignac. La première fois que je l’ai entendu, je suis resté bouche bée pendant une heure. Cela se renouvelle à chaque fois que nous nous croisons, depuis maintenant plus de dix ans. Ces dernières années, je me disais à chaque fois : “mais POURQUOI n’ais-je pas mon enregistreur avec moi ?”.

Car cet homme a une capacité incroyable : vous prenez tranquillement un café, vous lancez une question apparemment anodine… et vous voilà parti pour un voyage. Non seulement il raconte une histoire digne d’un roman, mais il tisse pour vous des liens qui vous étaient invisibles et donnent une profondeur inimaginable au sujet. Et vous sortez de cette rencontre avec la sensation d’être plus intelligent, mieux armé pour réfléchir par vous-même. Il ne vous donne pas les réponses : il vous donne les outils pour construire les vôtres.

Nous évoquions depuis plusieurs mois l’idée d’écrire ensemble, et il m’a fait l’honneur et le plaisir d’accepter une interview. Au delà de son très haut niveau d’expertise qui l’amène à intervenir partout dans le monde, j’ai eu envie d’entendre Yves parler de sa position d’expert non-institutionnel. Car c’est un rôle rare, précieux pour nous citoyens, et dont la pratique relève, à mon sens, d’un quasi art martial.

(L’interview sera publiée en deux parties. Cette première partie aborde principalement son rôle d’expert non-institutionnel. Dans la deuxième partie, Yves nous donnera son analyse des principaux sujets de vigilance et d’inquiétude actuels sur le nucléaire).

Lire la suite…

Interview de Benoit Montels – chef de projet Expérience P2E

Vous vous dites peut-être à la lecture de ce blog que le design énergétique s’intéresse principalement aux sujets pratiques et concrets. Ce n’est pas faux. Néanmoins, le paysage énergétique mondial et national est largement structuré par des institutions et des organisations que le grand public, et parfois les professionnels, connaît peu. Leur influence sur les “thèmes” énergétiques n’en est pas moins importante.

C’est pourquoi j’ai souhaité vous présenter Benoit Montels. Venu du terrain, il travaille dans ces univers, souvent parisiens, où évoluent les grandes organisations et où se dessine le versant institutionnel de la Transition Énergétique. J’ai trouvé la rencontre édifiante et instructive. Je vous laisse découvrir cet échange, dont le contenu ne laisse pas supposer que nous sommes assis dans le sable d’une plage méridionale…

Lire la suite…

Olivier Sidler – une interview (partie 2)

Nous avions laissé Olivier Sidler alors que nous discutions de la nécessaire réorganisation des processus de rémunération et de répartition d’honoraires dans les marchés afin de faciliter le déploiement de projet à haute ambition énergétique. Voici donc la seconde partie de son interview, dans laquelle nous parlerons recrutement, transmission d’entreprise (et de son esprit) et négaWatt.

(Pour retrouver la première partie de l’interview, voici le lien)

Olivier Sidler et le recrutement

Pascal Lenormand : Puisque nous parlons formation et culture des acteurs de l’entreprise : tu as dit que tu avais formé beaucoup de gens à Enertech, et tu as effectivement embauché majoritairement des ingénieurs très jeunes, sans expérience la plupart du temps. Pour quelle raison ?

Olivier Sidler : Oui, il s’agissait de jeunes sortant juste de l’école. C’est la conséquence d’expériences malheureuses avec des « seniors ». L’un d’eux avait 50 ans et je l’avais embauché pour qu’il encadre les plus jeunes afin de m’aider. Ça a été une vraie catastrophe, car il n’avait pas la rigueur de conception de ceux qui étaient là depuis quelques années. Mais le problème de fond des seniors est qu’ils arrivent avec ce que je qualifie « de mauvaises habitudes », comme l’absence d’un questionnement permanent sur le bien-fondé des choix faits, le surdimensionnement généralisé de tous les équipements, les solutions « toutes prêtes » mais inadaptées, etc. La plupart ne sont pas capables de se remette en cause au niveau où on leur demande. Or l’avantage de n’embaucher que des gens très jeunes est qu’ils ne sont pas pré formatés, ils sont ouverts à tout, et si on les choisit bien, « ils en veulent ». Ce que je recherchais, c’était des gens motivés, voire militants, il faut bien le dire. Car nous avancions à contre courant, et pour cela il fallait une motivation en acier trempé. Mais nous savions pourquoi nous faisions cela, nous savions que c’était la seule manière d’obtenir des bâtiments réellement performants, même si on était alors les seuls à le penser. Tu n’imagines pas le nombre de railleries de tout genre que nous avons subies lors du premier chantier de bâtiment très performant que nous avons réalisé en 2004 (l’INEED à Valence TGV – Consommation globale tous usages mesurés de 82 kWhep/m²utile/an).

Lire la suite…

Olivier Sidler – une interview (partie 1)

Pour la première interview de ce blog, je ne pouvais pas interroger quelqu’un d’autre qu’Olivier Sidler. D’abord parce que si vous vous êtes posé la moindre question sur la performance énergétique des bâtiments ces 25 dernières années, il n’est pas possible que vous ayez raté son nom, ou celui de “son” bureau d’études,  Enertech. A titre plus personnel, une simple histoire résume pour moi l’homme qui se cache derrière le personnage, aussi connu pour ses coups de gueule. Il y a plusieurs années, lorsque je débutais tout juste dans l’énergétique du bâtiment, Olivier accepta de me rencontrer, malgré sa fatigue après une journée de formation. Il m’a écouté attentivement, nous partagions une choucroute à son hôtel. Finalement, il m’a dit “viens donc 15 jours chez moi, tu verras ce qu’est le boulot”. Il m’a accueilli, hébergé. Plus tard, je lui ai demandé pourquoi il avait fait ça, il m’a simplement dit : “Je ne sais pas, parce qu’il y a des gens qu’on sent bien. C’est normal de les aider”.

Laissons-le nous raconter l’histoire d’Enertech, de negaWatt, et nous rappeler que tout cela est arrivé à Félines-sur-Rimandoule, au fin fond de la Drôme. Et pour l’ambiance, imaginez un bord de mer Méditerranée vers Montpellier, juste avant l’heure de l’apéritif.

(L’interview sera publiée en deux parties. Il fallait bien nous arrêter, le vin blanc allait être tiède);

Lire la suite…