Votre caleçon vaut de l’or

Je vous ai parlé dans un article récent de l’ampleur des économies envisageables par une baisse de la consigne de chauffage. Souvenez-vous : là où on évoque 7% d’économie depuis de nombreuses années, je vous ai dit qu’à mon sens, la valeur est plus élevée, jusqu’à atteindre 15, 20 ou même 30% dans certains cas. 

Et je suis rapidement passé sur une question importante : comment diable peut-on faire pour baisser cette fameuse consigne ?  Parce qu’évidemment, on ne chauffe pas pour le plaisir de chauffer ou de payer des factures : on chauffe un espace dans l’objectif d’une ambiance qui nous apporte du bien-être. Baisser la consigne, pourquoi pas ? Mais s’il s’agit de perdre sur le service rendu, alors il s’agit d’un arbitrage difficile entre économie et confort. 

A moins qu’il n’existe un moyen de baisser la consigne sans diminuer le confort…

Je vais « spoiler », comme disent les jeunes. Oui, ce moyen existe. J’en suis un fervent militant depuis plusieurs années. Il s’agit du caleçon long. Et je vais vous expliquer pourquoi.

Caleçon long – un peu de théorie

Reprenons brièvement ce que je vous ai expliqué en détail dans un autre article : notre confort thermique global dépend de 6 paramètres. Quatre de ces 6 paramètres dépendent de notre environnement. Ce sont : 

  • la température de l’air
  • la température des parois 
  • la vitesse de l’air 
  • le taux d’humidité 

Les deux autres paramètres sont liés à notre comportement. Ce sont :

  • notre niveau d’activité, qu’on appelle le métabolisme 
  • notre niveau d’habillement.

Caleçon long – le confort comme un jeu de curseurs

On peut comprendre cela comme un système de curseurs. Imaginons qu’on parte d’une situation de confort neutre. Elle correspond à une position de nos six curseurs. Si je bouge un seul de ces curseurs, alors ma sensation est modifiée. Si je ne fais qu’augmenter mon niveau d’activité, par exemple, je vais avoir plus chaud. Pour retrouver une sensation équivalente à ma situation initiale, je dois ajuster l’un des autres curseurs, par exemple en créant un courant d’air ou en réduisant mon habillement. 

Retenons ceci : pour maintenir une sensation constante, je ne peux pas bouger un seul curseur. J’en bouge toujours au moins deux. 

Tout cela peut s’approcher par le calcule. On utilise pour cela un outil que j’aime beaucoup : le PMV (Predicted Mean Vote). Il permet de prédire, de manière statistique, la sensation de confort dans telle ou telle condition. Voici un calculateur en ligne qui permet de réaliser ce genre de calculs.

Caleçon long – l’équivalent d’une hausse de consigne

On peut ainsi utiliser le calculateur de PMV pour répondre à la question suivante : « à quelle élevation de température correspond le fait d’ajouter un caleçon long à sa tenue ? ». Si vous n’évoluez pas dans le milieu de l’habillement, il est probable que l’unité de mesure de l’isolation d’un vêtement ne vous soit pas familière. Ce n’est pas grave ! Il suffit que je vous dise qu’un caleçon long typique, c’est 0,2 à 0,3 Clo. 

(Pour plus de précision sur cette unité un peu étrange – qui vaut 0,155 m2.K/W – vous pouvez regarder ici, même si l’article dit de belles bêtises sur l’isolation thermique « optimale »). 

Si vous jouez un peu avec le calculateur, vous verrez rapidement que l’ajout de 0,2 à 0,3 Clo correspond, en gros, à une hausse de température de 1 à 1,5 degré. L’une ou l’autre de ces actions provoque la même modification du PMV. 

On peut formuler différemment notre conclusion : vous obtenez une sensation constante si vous ajoutez un caleçon long à votre tenue et que vous baissez la consigne de 1,5°. 

Caleçon long – et ça rapporte combien ? 

Imaginons que, comme moi, vous portiez un tel vêtement presque tout l’hiver (rassurez-vous, j’en possède plusieurs). Alors vous pouvez diminuer votre consigne de chauffage de 1,5° pendant tout l’hiver. Au vu de ce que je vous ai déjà dit, cela peut raisonnablement conduire à une économie de 20 à 40% sur votre consommation. 

Faisons un calcul économique de coin de table. Disons que j’achète 3 caleçons longs à 30 € (je ne prends pas les pires). Et référons nous à cet article du journal Les Echos, affirmant qu’en 2017, les français ont payé en moyenne 1683 €. Une économie de 30%, cela représente… 505 €. Rentabilité annuelle de mon placement en caleçons : 560 %. A ce tarif là, je peux les faire laver au pressing…

Et voici un placement d’autant plus rentable que vos factures d’énergie sont élevées.Certes, pour de nombreux français en précarité énergétique (3,8 millions de ménages), l’enjeu est plutôt d’avoir un niveau de confort suffisant. Et bien là aussi, le caleçon long est une solution plus que pertinente. Je ne serais d’ailleurs pas surpris que ce soit parmi eux qu’on trouve les gens sachant le mieux s’habiller pour le froid. Parce qu’ils n’ont pas d’autre solution. 

Caleçon long – c’est bon pour l’entreprise

Il est plus difficile de trouver une information portant sur les charges de chauffage des entreprises. Mais de mon expérience, à travers de nombreuses visites de bâtiments, les gens se plaignant du froid au bureau sont légion. Pas surprenant : on y est sédentaire, les codes vestimentaires sont contraints, et le chauffage est une charge, ce qui incite la direction à baisser les consignes autant que possible. 

A toutes ces entreprises qui font des cadeaux à la fin de l’année, je dis : oubliez le vilain mug, adieu le bon d’achat chez un fleuriste, out la soirée Laser-Game ou foot en salle ! Offrez des caleçons longs à vos collaborateurs. Choisissez un joli modèle aux couleurs de l’entreprise. Et pour vous mesdames, qui souhaitez rester en robe, je propose la solution que m’a confiée un jour une charmante infirmière gérant l’accueil d’un Don du Sang : un jupon en polaire. Elle en cousait pour ses collègues, tout le monde adorait. Elle passait l’hiver souriante et confortable, dans un hall pourtant bien froid.

J’ajoute un point : je suis surpris que, depuis 15 ans, aucun fabricant de sous-vêtement ne se soit mis sur ce créneau. À ma connaissance, les argumentaires sur les sous-vêtements « techniques » sont réservés à l’outdoor. Qui sera le premier à argumenter autour de la Transition Énergétique ? Lequel parlera le premier de « rembourser son achat en 3 mois par les économies de chauffage » ? Je rêve, pour ma part, d’une collection véritablement faite pour l’environnement de bureau. Si personne ne s’y mets, je serai obligé de la faire moi-même pour vous la proposer à Noël l’année prochaine.

Caleçon long – c’est bon pour la France

Rêvons un peu…La France s’est jusqu’à présent montrée incapable d’engager une politique sérieuse de rénovation énergétique pour diminuer les consommations énergétiques. Qu’à cela ne tienne, lançons un « Plan National Caleçon Long ». Chaque français se voit offrir un lot de 3 caleçons. La fabrication est française, bien entendu, cela alimente l’économie du pays. Cela fait environ 200 millions de caleçons longs, soit un budget de 3 milliards d’euros. Comme un caleçon honnête dure au moins 2 ans, cela fait 1,5 milliards d’euros par an. 

A ce tarif, monsieur le Président, nous réduisons de 25 à 30% les consommations énergétiques du parc bâti du pays, qui représentent 45% des consommations énergétiques totales. C’est donc une réduction de 13% de la consommation énergétique de la France.

Mettons cette perspective en face de cet autre chiffre : les importations énergétiques étaient en France en 2015 de 41 milliard d’euros. Faisons un raccourci facile (et défavorable) : notre Plan National Caleçon Long réduit de 13% ces importations énergétiques, soit 5,3 milliards d’euros d’économie. 

Voilà : nous investissons 1,5 milliards dans un produit français (création d’emploi, activité, etc.), et cela nous économise 5,3 milliards par an de dépenses extérieures. Rentabilité du placement : 353 %. Même chez Rotschild, on ne sait pas faire… Et en 2 ans, on a remboursé l’EPR.

Caleçon long – c’est bon pour la planète

Et bien évidemment, c’est ce qu’on peut faire de plus efficace et de plus rapide, dès aujourd’hui, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Encore un domaine où notre pays se montre incapable de tenir ses propres engagements de l’Accord de Paris. Et bien lançons le « Plan National Caleçon Long ». Les bâtiments représentent 16,5% des émissions de gaz a effet de serre, et encore, c’est en considérant l’électricité de chauffage comme peu carbonée. 

Réduisons ces consommations énergétiques de 25%, et voilà les émissions françaises totales qui baissent de 4,1%, d’un seul coup.

Et si nous parlons énergie, nous pouvons par exemple nous référer au scénario négaWatt. Le rapport technique évoque un besoin (énergie utile) d’environ 246 TWh/an en 2020 pour le chauffage dans le résidentiel (laissons de côté les bureaux, pour faire simple). Introduisons le caleçon long et ses 25% d’économie, nous voilà avec une économie de 61,5 TWh/an, là où l’ensemble de la sobriété sur les usages de chaleur est de l’ordre de 25 TWh/an au plus fort de la transition dans le scénario.

Comparons-le également à la production annuelle prévue pour un réacteur de type EPR, soit de 12,3 TWh/an. Et nous obtenons la comparaison suivante : équiper la population française en caleçons longs fournit en négawatts l’équivalent de 5 réacteurs EPR. C’est bien sûr livrable en 1 an, et pour 1,5 Milliard d’Euros.

Caleçon long – ce n’est pas une blague

Oui, ces calculs de coin de table peuvent faire sourire. Cela peut faire sourire, parce qu’on parle de sous-vêtements et de « non-style ». Sur ce dernier point, rassurez-vous, j’ai fait l’expérience. J’ai donné longtemps des cours en université pendant l’hiver. J’y parlais bien sûr du caleçon long, expliquant pourquoi je pouvais, moi, me promener en tee-shirt alors que tout le monde était en pull dans des salles trop chauffées. Et en fin de séance, je baissais mon pantalon pour achever la démonstration. Lorsque je croise d’anciens élèves, ils m’en parlent encore.

Oui, cela fait sourire, parce que ça semble moins « prestigieux » que des smart-grids, une pompe à chaleur innovante ou un programme de recherche sur 5 ans dans le but d’utiliser des réseaux neuronaux pour anticiper les comportements d’usagers. De la même manière, je n’ai pas eu beaucoup de succès lorsque, chez un grand fabricant de sport, j’ai proposé une innovation brevetée, consistant à utiliser de la mousse. Ce n’était ni high-tech, ni compliqué. C’était juste efficace. Et les choses simples, peu coûteuses et efficaces font moins rêver les communicants ou les institutions.

Face aux légendes énergétiques du nucléaire ou des démarches high-tech, le caleçon long est un petit poucet. Notre monde meurt d’avoir trop investi dans des histoires déconnectées de la réalité. Mais il fonctionne, tout de suite, en vrai, et pour pas cher. En tant que vraie personne, dans le vrai monde, au quotidien, achetez-vous une histoire ou un résultat ?

 

caleçon - Batman

Avez-vous remarqué ? La plupart des super-héros portent un caleçon long. Coïncidence ? Ça m’étonnerait…

pascal

Pascal est designer énergétique depuis plus de 15 ans, avec des expériences variées dans les domaines du bâtiment, des vêtements et équipements. Il est également musicien et écrivain, et habite en Savoie (France).

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply:







close

Découvrez le livre du design énergétique

  • check-square-o
    Préface de l'architecte Dominique Gauzin-Müller
  • check-square-o
    Postface de l'énergéticien Olivier Sidler
  • check-square-o
    Illustrations originales de Camille Bissuel